Catégorie : Egypte Antique

Le livre des Morts Egyptiens

Le livre des Morts Egyptiens

Les livres égyptiens étaient écrits sur des bandes de papyrus qui pouvaient atteindre plusieurs mètres de longueur, et que l’on déroulait et enroulait au fur et à mesure de la lecture. L’écriture est répartie en colonnes ou en pages de lignes.

Il n’y a guère que les livres funéraires qui soient illustrés, comme ce bel exemplaire du « Livre des Morts« ; au début est représentée la scène de l’enterrement qui, grâce au format du papyrus, peut s’étendre en longueur pour le convoi des obsèques et les étapes de la cérémonie.

En France, le Louvre conserve le livre des morts égyptiens mais également d’autres ouvrages religieux, des lettres, des livres de comptabilité, des contrats et même des fragments d’œuvres littéraires.

livre des morts egyptiens
livre des morts egyptiens
Bastet : la chatte déesse

Bastet : la chatte déesse

Les statuettes de bronze, ex-votos offerts par des dévots dans les temples, se multiplient à la Basse Epoque. Parmi eux, les chats, généralement des représentations de la déesse Bastet, ont été retrouvés en grand nombre; ils reflètent la popularité dont jouissait la déesse Bastet, non seulement dans sa ville de Bubatis, mais dans bien d’autres grandes villes comme Memphis, Thèbes, Esna.

Les Egyptiens la représentent aussi accompagnée de chatons, ou comme une femme à tête de chatte. Les plus belles statues de chattes étaient ornées d’un scarabée sur le front, de boucles d’oreilles en or, de collier avec oeil-oudjat.

Statue Bastet

Bastet
Bastet

Bastet : Chat assis
Vers 700-600 avant J.-C.
Bronze, yeux cerclés de verre bleu
H 33 cm; L 25 cm
N 4538

La déesse égyptienne Sekhmet

La déesse égyptienne Sekhmet

Les déesses à tête de lionne Sekhmet ont été créées à l’origine pour le temple funéraire du roi Aménophis III à Thèbes (celui des « Colosses de Memnon »), puis déplacées dans celui de la déesse Mout à Karnak, où elles furent retrouvées par dizaines.

Aucune des huit statues de Sekhmet n’est semblable à l’autre, ni dans le détail ni dans les dimensions. On pense que chacune serait la conjuration du mal pour un jour de l’année, et peut-être aussi la déléguée d’un sanctuaire d’Egypte accourue pour protéger le roi.

Statue Sekhmet

Sekhmet
Sekhmet