Catégorie : Peintures et sculptures

Michel-Ange, Les Esclaves

Michel-Ange, Les Esclaves

Michel-Ange est probablement, par la force de son génie, le sculpteur le plus célèbre, et les deux Esclaves du Louvre, les statues les plus connues du département des Sculptures. Leur odyssée résume un grand combat de Michel-Ange: conçus pour le premier projet du monument funéraire colossal de Jule II (1505) et entrepris pour le second (1513), ils seront écartés par la suite quand après la mort du pape, par souci d’économie, la conception du tombeau changea.

Jule II, qui avait rêvé d’un mausolée isolée à Saint-Pierre de Rome, n’eut droit qu’à une arcade monumentale à Saint-Pierre-aux-liens, qui abrite pourtant le célèbre Moïse, contemporain des Esclaves. Donnés par Michel-Ange à l’exilé florentin Roberto Strozzi, qui en fit hommage au roi de France, les Esclaves gagnent la France du vivant du sculpteur et sont placés successivement dans les châteaux du connétable de Montmorency à Ecouen et de Richelieu.

Qu’ils représentent les provinces soumises, les arts réduits en esclavage par la mort du pape, ou plus simplement qu’ils participent au triomphe éternel du pontife, ou symbolisent les passions asservies, ou bien, à la mode platonicienne, l’âme humaine enchaînée par les pesanteurs du corps humain, les Esclaves, comme les quatre autres de l’Académie de Florence, réalisés plus tard, vers 1531-1532, n’ont jamais été terminés.

L’inachevé, thème récurrent chez Michel-Ange, que nécessitaient autant les incertitudes d’une carrière que l’insatisfaction d’une inlassable quête d’absolu, est pourtant accepté par le maître comme une œuvre en soi: il juge les Esclaves dignes d’un don. Peut-être parce que les traces d’outils qui marquent le marbre (pics et pointes, rapes, gradines, trépan) attestent du combat contre la matière qu’est la sculpture.

Les Esclaves

L'Esclave Mourant Michel-Ange
L’Esclave Mourant Michel-Ange

Michelangelo Buonarroti dit Michel-Ange
1475-1564
Esclave Mourant
Rome, 1513-1515
Statue inachevée, marbre
H 2,09 m
Provenant des châteaux d’Ecouen et de Richelieu
Saisie révolutionnaire, entré au Louvre en 1794
MR 1590

L'Esclave Rebelle Michel-Ange
L’Esclave Rebelle Michel-Ange

Michelangelo Buonarroti dit Michel-Ange
1475-1564
Esclave Rebelle
Rome, 1513-1515
Statue inachevée, marbre
H 2,09 m
Provenant des châteaux d’Ecouen et de Richelieu
Saisie révolutionnaire, entré au Louvre en 1794
MR 1589

Artistes à Beyrouth : de la guerre à l’enchantement

Artistes à Beyrouth : de la guerre à l’enchantement

Jusqu’à la fin du mois de septembre, la Galerie Janine Rubeiz à Beyrouth expose « My Diaries » de l’artiste Jamil Molaeb, pour sa 36ème exposition solo.

Un artiste multisupport et multiculturel

La xylogravure peut s'inspirer des hiéroglyphes pharaoniques

Né en 1948, Jamil Molaeb est un artiste pluridisciplinaire au pinceau aussi agile que le crayon. Sa minutie se retrouve à la fois dans ses mosaïques, ses gravures sur bois et ses sculptures, toutes plus ou moins empreintes d’influences qui ont forgé l’artiste qu’il est devenu – art égyptien, sumérien ou encore babylonien. Ces influences sont d’ailleurs bien présentes dans ses dessins tantôt horizontaux, tantôt verticaux, qui ne sont pas sans rappeler les hiéroglyphes égyptiens.

Le monde de Jamil

Exposition de gravure sur bois et d'huiles sur toile à BeyrouthEn quelques heures de vol, quittez Paris pour Beyrouth

et découvrez l’univers aux mille richesses de ce peintre libanais. Ces huiles sur toile et sur bois racontent son quotidien, entre labeur, tranquillité et nature, mais aussi les lieux qui l’ont marqué – et en particulier Baïssour, son village natal – ou le résultat de méditations. Dans cette exposition, cet amoureux de la xylogravure unit l’insaisissable de l’abstraction et la simplicité, voire la candeur, du réalisme. Ce paradoxe surgit lorsque l’on s’y attend le moins, quand tout à coup, un paysage bucolique est interrompu par un objet du XXIème siècle. Et c’est à travers le portrait de son monde que Jamil Molaeb brandit un message d’espoir et de bonheur.

L’art pour guérir la folie ?

Exposition de photographie sur la folie

Vous pouvez aussi vous offrir un voyage plus automnal à la Galerie Janine Rubeiz avec l’exposition « Dear Madness » par Alfred Tarazi, du 11 octobre au 24 novembre 2017. Il décrit cette exposition comme « une vaine tentative pour se souvenir qui ne serait rien de plus que l’œuvre d’un esprit hanté et complètement envahi par la folie ». Cet artiste photographe, dont le travail est centré sur la guerre libanaise, proposera des œuvres de son Liban, celui de son esprit et de son cœur, avec des personnages et des lieux qui, s’ils sont bien vivants en lui, ne sont plus que poussière.

Portrait de Balthazar Castiglione, de Raphaël

Portrait de Balthazar Castiglione, de Raphaël

Le mécénat pontifical, qui a su attirer à Rome de longue date tout ce que l’Italie compte en maîtres fameux depuis Giotto, culmine avec l’élection au Saint-Siège de Jules II et de Léon X, qui retiennent auprès d’eux Bramante, Michel-Ange et Raphaël (1508-1520).

Vaillant soldat et fin lettré, Balthazar Castiglione est le parangon du gentilhomme de la Renaissance. Son « Traité du Courtisan », publié en 1528, reflète un idéal de perfection esthétique et spirituelle bien proche de celui que Raphaël atteint en peinture.

Le portrait de Balthazar Castiglione, qui allie la magnificence du costume et la profondeur psychologique, est le plus beau témoignage de l’amitié qui lie les deux hommes.

Balthazar Castiglione de Raphael

Portrait de Baldassare Castiglione
Portrait de Baldassare Castiglione

Raffaello Santi, dit Raphaël
1483-1520
Portrait de Balthazar Castiglione (1478-1529)
Toile
H 82 cm; L 67 cm
INV 611

David en bronze de Donatello

David en bronze de Donatello

Le David est une sculpture en bronze réalisée par Donatello en 1440. Actuellement, la sculpture est conservée et exposée au palais du Bargello de Florence. La statue représente à la fois le Héros biblique (le symbole de la vertu civique et le triomphe de la raison sur la force brute et l’irrationalité) est le Dieu romain.

La statue David en bronze de Donatello

Le David en bronze de Donatello
Le David en bronze de Donatello

Artiste : Donatello
Année : 1430-1432 env.
Type : Statue en bronze
Technique : Sculpture
Dimensions (H) : 158 cm
Localisation : Bargello, Florence, Italie

La Renommée de Biard

La Renommée de Biard

Le duc d’Epernon, gouverneur de Gascogne, avait enrichi son château de Cadillac et fait ériger dans la chapelle son mausolée funéraire à étages, sur le modèle des tombeaux royaux de Saint-Denis. Au sommet de cet édicule, se dressait la statue de la Renommée de Biard tenant d’une main la trompette de la mauvaise renommée et soufflant dans celle de la bonne. Cette iconographie devait être reprise sur certains grands tombeaux aristocratique de l’abbaye de Westminster.

Exécutée après le contrat passé avec le sculpteur en 1597, c’est une figure maniériste en équilibre précaire, dressée sur une jambe comme le Mercure de Jean Bologne. L’art de la seconde école de Fontainebleau, moins raffiné que la première dans les effets de la coiffure, insiste sur la force tournoyante des volumes dans l’espace.

Statue la Renommée de Biard

La Renommée de Biard
La Renommée de Biard

Pierre Biard
1559-1609
La Renommée
Paris, 1597
Statue bronze
H 1,77 m; L 1,20 m
Provenant de la chapelle du château de Cadillac
Saisie révolutionnaire, entré au Louvre en 1834
LP 361

La Cantoria : Tribunes des Chantres de Donatello

La Cantoria : Tribunes des Chantres de Donatello

La Cantoria, ou bien Les Tribunes des Chantres de Donatello, considéré comme l’un des chefs-d’œuvre de la Première Renaissance à Florence, a été sculpté entre 1433 et 1438 et mesure 348x570x98 cm.

La Cantoria de Donatello a été sculpté pour la Cathédrale Santa Maria del Fiore de Florence, et est conservé aujourd’hui au Museo dell’Opera del Duomo de Florence.

La Cantoria de Donatello

La Cantoria
La Cantoria
La Mort de la Vierge, Le Caravage

La Mort de la Vierge, Le Caravage

Peint pour l’église Santa Maria della Scala à Rome, le tableau fut refusé pour les raisons mêmes qui font du Caravage le grand rénovateur de la peinture religieuse: l’introduction du quotidien le plus humble dans la représentation sacrée.

Le clergé, choqué par le réalisme peu orthodoxe de la Vierge, ne comprit pas de quel frappant message d’humanité était porteur ce cadavre de jeune femme aux jambes gonflées.

Dans la pénombre d’un espace dépouillé, magnifié par la grande tenture rouge, un rayon de lumière sculpte les corps, selon la formule du clair-obscur expressif inventé par Caravage.

La Mort de la Vierge, Le Caravage

Mort de la Vierge
Mort de la Vierge

Michelangelo Merisi, dit Le Caravage
vers 1571-1610
La Mort de la Vierge
1605-1606
Toile
H 3,69 m; L 2,45 m
INV 54

Le Déjeuner des canotiers, huile sur toile de Renoir

Le Déjeuner des canotiers, huile sur toile de Renoir

Le Déjeuner des canotiers est une œuvre de l’un des plus célèbres peintres français, Auguste Renoir. Réalisée en 1880-1881, la peinture huile sur toile met en scène plusieurs personnages sur la terrasse de la Maison Fournaise à Chatou.

Le Déjeuner des canotiers

Déjeuner des canotiers
Déjeuner des canotiers

Titre : Le Déjeuner des Canotiers
Artiste : Auguste Renoir
Année : 1880-1881
Technique : Huile sur toile
Dimensions (H × L) 130 cm × 173 cm
Localisation : The Phillips Collection

Le tableau regroupe un grand nombre des amis de Renoir : Aline Charigot (sa future épouse), Gustave Caillebotte, M. Fournaise, sa fille Alphonsine Fournaise, le baron Raoul Barbier, Paul Lhote, Lestringuez, Ellen Andrée, Jeanne Samary, ainsi que son banquier M. Ephrussi. Le tableau « Déjeuner des canotiers » est aujourd’hui conservé par The Phillips Collection, à Washington, aux États-Unis.

La peinture murale

La peinture murale

Une peinture murale est une œuvre d’art peinte ou appliquée directement sur un mur, un plafond ou une autre grande surface. La peinture murale est l’ancêtre de l’art de la peinture. Dans une peinture murale, les éléments architecturaux de l’espace de peinture sont harmonieusement intégrés au tableau.

Le support de la peinture murale est la pierre, le béton, la brique, le plâtre, les matériaux de l’architecture. Le peintre peint directement sur le support. Quelques peintures murales sont peintes sur de grandes toiles qui seront ensuite fixés au mur (par exemple, avec marouflage).

Que ces travaux peuvent être justement appelé «fresques» est un sujet de controverse dans le monde de l’art, mais la technique a été d’usage courant depuis la fin du 19e siècle.

Peintures murales en Europe

Peinture d'une Trabant passant le Mur de Berlin
Peinture d’une Trabant passant le Mur de Berlin
Peinture murale à Orgosolo, Sardaigne
Peinture murale à Orgosolo, Sardaigne
Clussais-La légende de Mélusine-fresque d'Armand Langlois
Clussais-La légende de Mélusine-fresque d’Armand Langlois
Façade du restaurant Zum Husaren à Garmisch-Partenkirchen
Façade du restaurant Zum Husaren à Garmisch-Partenkirchen
La Vierge aux Rochers, de Vinci

La Vierge aux Rochers, de Vinci

Génie universel pratiquant les arts comme les sciences, Léonard Da Vinci mène une carrière itinérante entre Florence, Milan et Rome, avant de suivre François 1er à Amboise en 1517. Premier en date des chefs-d’oeuvre réalisés à la cour des Sforza, la Vierge aux Rochers, destinée à l’église San Francesco Grande à Milan, puis retirée par suite d’un litige financier avec les commanditaires (une seconde version est à Londres), est noyée dans un doux « sfumato », révélant une nouvelle approche de l’espace, fondé non plus sur la seule géométrie, mais sur la dégradation des tons par l’atmosphère.

La Vierge aux Rochers

La Vierge aux Rochers
La Vierge aux Rochers

Leonardo di ser Piero da Vinci, dit Léonard de Vinci
1452-1519
La Vierge aux Rochers
1483-1486
Toile cintrée
H 1,99 m; L 1,22 m
INV 777